Le sans gluten à séduit de grands industriels et enrichi de plus petites entreprises, mais pourquoi?

Selon le cabinet d’analyses économiques Xerfi, le chiffre d’affaire du rayon a été multiplié par trois entre 2009 et 2012, pour atteindre 50 millions d’euros en 2016, et on parle de 40% de progression du chiffre d’affaire entre 2012 et 2016. Des chiffres un peu vieux vu la progression fulgurante du marché, certaines projections estiment aujourd’hui à 3 milliards d’euros de chiffre d’affaire à l’échelle mondiale en 2018.

Plus de 80 marques se sont mises sur le marché du sans gluten, soit 8 fois plus qu’en 2009 et cela ne ferait que commencer…

« Une croissance de 30% est rarissime dans le secteur agroalimentaire. Nous sommes tous sur le créneau » déclare Antoine Couturier porte-parole de Marque Repère dans un article pour l’express, Antoine Couturier qui distribue notamment la gamme « gluten free » des magasins Leclerc.

Devancés par les filières diététiques et bios, les industriels et distributeurs conventionnels (1) ont bien compris son potentiel de croissance.

« Dans un univers alimentaire atone, le marché des produits pour personnes allergiques et intolérantes se distingue par son dynamisme« , remarque Xerfi. « Les produits sans gluten confirment leur rôle de locomotive » . « Ce marché demeure toutefois une niche, ce qui incite les opérateurs à élargir leur cible en axant leur discours sur un positionnement santé plus généraliste ».

En clair, les industriels ont compris qu’à présent le sans gluten n’est plus réservé aux intolérants qui n’avaient pas d’autres choix que d’acheter ce qu’on leur proposait malgré des prix prohibitifs, une qualité peu satisfaisante et des ingrédients parfois clairement chimiques pour remplacer le gluten. Le consommateur qui choisit le « mieux manger » n’achète pas n’importe quoi et les intolérants ayant maintenant plus de choix sohippocratent égalements plus difficiles.

Certes, fabriquer du garanti sans gluten coûte cher : en recherche pour concocter des recettes savoureuses, en maîtrise des procédés pour éviter les contaminations, en analyses pour vérifier qu’elles n’ont pas eu lieu… Mais quand les prix sont deux à cinq fois plus élevés que ceux des équivalents conventionnels, on a tendance à penser que les industriels ont joué un bon tour à ceux qui les dénigrent, en récupérant la croisade antigluten pour leur plus grand profit.

Cette démocratisation des produits sans gluten et leur mise en avant montre bien la forte crédibilité et légitimité auprès des consommateurs car, comme le vantait déjà Hippocrate, il y a plus de 2000 ans : « que l’alimentation soit ta première médecine ».

(1) Carrefour, Casino, Leclerc et Auchan ont une gamme à leur marque

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *